il y'a 4 semaines
Situation sécuritaire : le CIRAC appelle à la mobilisation de tous les citoyens
Lire sur www.actuniger.com

deplace de Anzourou

COMMUNIQUÉ DU CIRAC SUR LA DEGRADATION DE LA SITUATION SECURITAIRE AU NIGER

Le Niger traverse en ce moment la plus grave crise sécuritaire de son histoire caractérisée par :  

un nombre de plus en plus élevé de nos vaillants soldats  pour la plus part fauchés à la fleur de l’âge;

des populations innocentes de plus en plus nombreuses lâchement massacrées;

des familles endeuillées en plus grand nombre;

de plus en plus d’hommes, de femmes et d’enfants  dans le désarroi, forcés de quitter la terre de leurs ancêtres pour devenir des réfugiés dans leur propre pays; 

une nation de plus en plus meurtrie et menacée dans son existence même. 

 {loadposition pub1}

Cette situation dramatique amène tout patriote conscient à se poser un certain nombre de questions :

Qu’est ce qui empêche notre armée d’intervenir quand la population en détresse lance des appels au secours dès que la menace terroriste se précise contre tel ou tel village; un acte assimilable au refus d’assistance à personne en danger?

Qu’est ce qui explique la quasi-absence de l’armée de l’air nigérienne sur les théâtres d’opération terroristes?

En quoi le stationnement en territoire nigérien de détachements des forces militaires étrangères est-il nécessaire lorsque ceux-ci sont incapables d’aider à détecter des colonnes de centaines de motards se déplaçant dans des espaces peu boisés donc presque à découvert, dans un nuage de poussière et dans le vacarme de leurs engins?

Qui ravitaille ces terroristes en moyens de locomotion, en vivres et en carburant à l’insu des services de renseignement, leur permettant ainsi d’accomplir allègrement leurs sales besognes?

Qui arme et finance le terrorisme au Sahel et à quel dessein inavoué?

Que deviennent les services de renseignements militaires nigériens chargés de fournir les renseignements appropriés permettant de lancer des offensives efficaces contre l’ennemi?

Qu’est ce qui explique l’empressement avec lequel les autorités procèdent aux élections des maires dans des zones désertées par les populations alors que l’urgence est à la sécurisation de celles-ci contre les attaques terroristes?

Le CIRAC, profondément troublé par ces questions sans réponse et affligé à l’extrême par les attaques incessantes dans diverses parties de notre territoire, rappelle à l’État son obligation fondamentale de protection des citoyens à laquelle il ne saurait se dérober et  exprime la nécessité impérieuse d’associer le peuple à sa propre défense, parce qu’il s’agit d’un combat qui nous engage tous et pas seulement nos Forces de Défense et de Sécurité.

Le CIRAC salue les efforts inlassables de la société civile qui œuvre à informer et à sensibiliser les citoyens sur la situation sécuritaire dans notre pays et qui est restée aux côtés des populations affligées pour leur apporter soutien et réconfort.   Il salue et encourage les FDS dans la lutte contre notre ennemi commun.

Nous voulons la vérité sur cette guerre qui nous est imposée et qui risque de nous ravir certaines parties de notre territoire, une guerre qui met en péril l’existence même du Niger. C’est pourquoi le Président de la République, Chef Suprême des Armées, devra pour une fois, dans un message à la nation, éclairer le peuple sur cette guerre, ses causes réelles, la justification des bases militaires sur notre territoire, le besoin de mobilisation de tous les citoyens pour mener ensemble sans délai la lutte avec courage, patriotisme et détermination. 

 Le CIRAC appelle à une mobilisation de tous les citoyens pour vaincre le danger qui menace les populations des régions de Tillabéry, Diffa et Tahoua mais en vérité un danger qui nous menace tous.  Pour aider à un engagement responsable, conscient et clairvoyant, un forum national sur la sécurité est opportun avec toutes les personnes ressources avisées pour mieux appréhender les défis et enjeux de cette guerre anti-terroriste et prendre les mesures salvatrices qui s’imposent.

Le CIRAC entreprendra de concert avec les organisations civiles concernées les actions nécessaires pour une plus grande mobilisation afin que la solidarité des citoyens s’exprime davantage envers les populations meurtries et que le soutien à nos FDS renforce notre lutte pour la victoire contre le crime organisé, contre les forces qui s’attaquent à notre souveraineté, à notre bien-être et à notre existence même.

La défense de notre patrie et la sauvegarde de la paix au Niger passent avant et au dessus de tout. 

Réveillons nous et engageons  nous !

FAIT A NIAMEY LE 17 mai 2021

                                           POUR LE CIRAC,

LE PRESIDENT,

OMAR IDI ANGO

 {loadposition pub2}