Sur un effectif global de plus de 500 étudiants que compte l’Institut de formation aux techniques de l’information et de la communication-IFTIC, seulement 10 étudiants sont inscrits dans la filière presse écrite, à déclaré Rabiou Adamou directeur des études de l’IFTIC. Il estime que le faible niveau des élèves explique le manque d’engouement vis-à-vis de cette filière qui est en voie de disparition.

The post QU’ELLE SORT POUR LA PRESSE ÉCRITE AU NIGER ? appeared first on DMEM MEDIA TV SARL.