Levée des sanctions contre Mali : La CEDEAO impose une dernière condition

Le Mali a désormais un chef d’État par Intérim. Il s’agit du Colonel à la retraite, Bah N’Daw, investi dans ses fonctions de président de la République le 25 septembre 2020 à Bamako. Mais pour la levée des sanctions prises à l’encontre du Mali après le putsch du 18 août 2020, le nouveau chef d’État […] L’article Levée des sanctions contre Mali : La CEDEAO impose une dernière condition est apparu en premier sur L'événement Niger.

Levée des sanctions contre Mali : La CEDEAO impose une dernière condition

Le Mali a désormais un chef d’État par Intérim. Il s’agit du Colonel à la retraite, Bah N’Daw, investi dans ses fonctions de président de la République le 25 septembre 2020 à Bamako. Mais pour la levée des sanctions prises à l’encontre du Mali après le putsch du 18 août 2020, le nouveau chef d’État doit satisfaire une dernière exigence de la CEDEAO : « nommé un premier ministre civil ».

Du 23 au 25 septembre 2020, une mission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) conduite par l’ancien président de la République Fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan, a effectué une visite à Bamako. Au terme de cette visite, la mission a pris acte de la nomination et de l’investiture de Bah N’Daw en qualité de Président de la transition pour une durée de 18 mois.

Toute fois, elle a rappelé l’importance et l’urgence de la nomination d’un premier ministre, chef de Gouvernement, civil qui sera chargé de conduire, sous l’autorité du Président de la transition, les chantiers des différentes reformes du dialogue national inclusif et de préparer les prochaines élections présidentielles et législatives. « Concernant les sanctions et conformément aux décisions des chefs d’État et de Gouvernement, suite à l’investiture du président de la transition, celles-ci seront levées lorsqu’un premier ministre civil sera nommé », indique le communiqué final de la mission de la CEDEAO au Mali.

Rappelons qu’après le coup d’État militaire qui a contraint le président Ibrahim Boubacar Keïta à la démission, la CEDEAO a pris plusieurs sanctions économiques contre le Mali. Il s’agit notamment de la fermeture des frontières terrestres et aériennes ainsi que de la suspension de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays de la CEDEAO et le Mali. Des sanctions qui ont un impact important sur l’économie du pays déjà fragilisée par la situation sécuritaire et crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19.

L’article Levée des sanctions contre Mali : La CEDEAO impose une dernière condition est apparu en premier sur L'événement Niger.