La BCEAO n'est plus obligée de transférer la moitié de ses réserves à la France, seuls les pays de la CEMAC vont continuer à le faire.