Ong acted en sensibilisation

Les activités de l’ONG française ACTED ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre dans la région de Diffa. Les autorités régionales soupçonnent l’organisation active dans l’humanitaire, « de connexions douteuses et subversives au profit d’une organisation terroriste ». Une enquête est en cours pour clarifier la situation de l’organisation selon le gouverneur Issa Lémine.

 

{loadposition pub1}

Dans la correspondance adressée au coordinateur régional de l’organisation non gouvernementale internationale, le gouverneur Issa Lamine a été on ne peut plus clair même si rien n’est encore tranché à ce stade des investigations. « Il me semble que votre organisation mène des activités qui sont en contradiction avec ses statuts et le partenariat qui la lie à l’Etat du Niger », a fait savoir le gouverneur qui ajoute qu’il lui a été rapporté, « à plusieurs reprises et par des sources vérifiées»,   que « l’ONG entretient des connexions douteuses et subversives au profit d’une organisation terroriste ». C’est « pour clarifier cette situation », poursuit la même source, que les activités de l’ONG ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre dans la région.

Fondée en 1993 à Paris, ACTED est l’une des plus importantes ONG françaises. Elle est présente au Niger depuis 2010 et est très active dans les principales zones de conflits notamment dans la région de Tillabéri, au nord-ouest du pays dans la zone des trois frontières, et à Diffa dans l’extrême sud-est dans le bassin du lac Tchad où sévit Boko Haram et ses différentes factions.

En aout dernier, sept membres d’Acted dont six Français et leur chauffeur nigérien ainsi qu’un guide touristique nigérien ont été tués par des hommes armés arrivés à moto dans la zone de Kouré, à 60 km au sud-est de Niamey, lors d’une excursion.

Ikali (actuniger.com)

{loadposition pub2}