Élections au Niger : La CAP 2021 demande l’annulation et la reprise de certains votes sous la surveillance de l’armée

La Coalition pour l’Alternance Politique en 2021 (CAP 2021, regroupement de l’opposition politique), dans une déclaration rendue publique ce lundi 11 janvier 2021 à Niamey, relative à la tenue des élections locales, législatives et présidentielles 1er tour de décembre 2020, a demandé l’annulation de certains résultats et la reprise des votes sous la surveillance de …

Élections au Niger : La CAP 2021 demande l’annulation et la reprise de certains votes sous la surveillance de l’armée

La Coalition pour l’Alternance Politique en 2021 (CAP 2021, regroupement de l’opposition politique), dans une déclaration rendue publique ce lundi 11 janvier 2021 à Niamey, relative à la tenue des élections locales, législatives et présidentielles 1er tour de décembre 2020, a demandé l’annulation de certains résultats et la reprise des votes sous la surveillance de l’armée.

En effet, après avoir salué la forte mobilisation des Nigériens lors de ces élections, l’opposition politique a dénoncé et condamné le comportement de la CENI dont « la complicité est manifeste à travers le choix arbitraire des présidents des commissions et sa complaisance coupable dans le libre accès du PNDS aux documents électoraux ».

Pour la CAP 2021, « la CENI s’est donc montrée partisane et malhonnête » et « les élections que nous venons de vivre sont, à l’évidence, les plus frauduleuses de l’histoire de notre démocratie ».

C’est prenant en compte ces accusations que « l’opposition politique exige que les résultats de certaines communes de la région de Tahoua et des Zones Nord Maradi, Nord Zinder et Diffa soient simplement annulés et repris sous la surveillance de l’armée », de même que « doivent être annulés les résultats de toutes les zones où les armes à feu ont été utilisées pour fabriquer et imposer de faux résultats », ainsi que ceux de toutes les localités où « des chefs de villages ont été embrigadés pour imposer aux électeurs le vote au profit du candidats du PNDS ». 

Pour ce qui est du second tour de la présidentielle prévu le 21 février 2021, l’opposition entend « imposer l’alternance par une mobilisation sans précédent des Nigériens soucieux du devenir du Pays et de son salut », appelant à la responsabilité civique de toutes les forces politiques du Niger, de toutes les associations, de tous les syndicats et de tous les Nigériens jaloux de l’indépendance du Niger « à se joindre à ce combat ultime dont le noble objectif est la libération de notre pays, le Niger ». 

Les partis de l’opposition ont aussi appelé tous les candidats s’étant opposé à « la candidature validée en violation de l’article 47 de notre constitution » de rallier leur camp pour donner au peuple et au Niger les chances de renouer avec la paix et la sécurité intérieures ainsi que les perspectives d’un renouveau économique et social.

Par ANP