Déclaration du Collectif des Nigériens de la Diaspora (CND) à l’aube des élections communales et présidentielles en cours au Niger.

« Pour un Sursaut Patriotique : Développons une logique de Responsabilité Collective ».« N’attendons pas une crise pour Agir ».Le Collectif des Nigériens de la Diaspora (CND) rassemble des Nigériens issus de la diaspora à travers les continents (Afrique, Amérique du Nord, Asie, Europe) avec pour but essentiel de défendre les intérêts des Nigériens de …

Déclaration du Collectif des Nigériens de la Diaspora (CND) à l’aube des élections communales et présidentielles en cours au Niger.

« Pour un Sursaut Patriotique : Développons une logique de Responsabilité Collective ».
« N’attendons pas une crise pour Agir ».
Le Collectif des Nigériens de la Diaspora (CND) rassemble des Nigériens issus de la diaspora à travers les continents (Afrique, Amérique du Nord, Asie, Europe) avec pour but essentiel de défendre les intérêts des Nigériens de la diaspora d’une part, et déf endre les droits humains et les acquis démocratiques contribuant au développement socio -économique d’autre part.

Dans cette perspective, le CND, a procédé à une analyse approfondie de la situation sociopolitique consécutive à l’organisation des élections générales au Niger, et tient à porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale la déclaration qui suit dont copie est adressée à Monsieur le Président de la République du Niger, son Excellence Issoufou Mahamadou.

A Monsieur Président de la République du Niger SE Issoufou Mahamadou
Monsieur le Président de la République, Vous avez été élu au suffrage universel, libre, direct, égal et secret pour un mandat de cinq (5) ans, renouvelable une (1) seule fois. Au terme de ce second mandat, vous serez amené à passer le témoin à celui que le peuple nigérien aura choisi pour présider aux destinées du Niger les cinq prochaines années. C’est donc tout à votre honneur d’avoir pris l’engagement de respecter la Constitution nigérienne et quitter le pouvoir au terme de votre mandat.

Cet engagement marque votre attachement aux valeurs de la démocratie au rang desquelles figure en bonne place l’alternance au pouvoir. Le peuple nigérien vous en sera reconnaissant au moment opportun.

Pour parachever la construction de cette alternance, le CND tient à vous inviter à user de tous vos pouvoirs constitutionnels pour garantir aux Nigériens des élections libres, transparentes et honnêtes. Le CND tient-il également à vous rappeler l’opportunité qu’offrent les différentes initiatives de dialogue politique pour endiguer la crise qui gravite
autour du processus électoral en cours.

Monsieur le président de la République, Il est de votre devoir de nous léguer un Pays uni, débarrassé de toutes velléités de division.
En fermant les yeux sur toute forme de crises, même celles dont les prémices se sont simplement manifestées, vous n’échapperez pas au jugement impartial de l’histoire!

Pour terminer votre mandat dans l’honneur, nous vous prions de donner une chance au dialogue politique, et en tant que premier magistrat du pays, nous vous rappelons votre devoir de loyauté envers le peuple à qui vous devez garantir des élections justes et sincères, dans les conditions de transparence et de sincérité prévues par la Constitution et le code électoral.
Ainsi vous épargnerez des souffrances inutiles au Niger et à son peuple que vous aimez tant.

Car sachez-le, le peuple vous regarde, l’Histoire aussi!
À la Cour constitutionnelle du Niger

L’impartialité dans le contrôle du processus des élections au Niger est une prescription claire, dénuée de toute ambiguïté de la Constitution. La fermeté de la Constitution sur l’observation de cette impartialité, se manifeste par le serment qu’elle vous oblige à prêter sur le Livre Saint de sa confession devant le Président de la République et dont il n’est pas
inutile de rappeler les termes : « Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution et en toute indépendance, de garder le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique et de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de la compétence de la
Cour. Puisse Dieu nous venir en aide » (Article 124).

En effet, le Niger est notre bien commun, et assurément notre bien le plus précieux pour la préservation duquel aucun sacrifice n’est de trop pour la sauvegarder. Le peuple nigérien vous observe assidument dans l’exercice de vos fonctions et la traduction de chacun de vos actes. La force de l’institution que vous animez, en l’occurrence la Cour constitutionnelle est la traduction des pouvoirs que lui a confiés le peuple souverain. Toutefois, convient-il de vous rappeler que le peuple, souverain primaire,
demeure constamment vigilant et prendra ses responsabilités en cas de non-respect des termes de votre serment.

C’est pourquoi, dans le but de manifester son attachement aux acquis démocratiques et aux valeurs républicaines, le CND lance une campagne dénommée « Le Sursaut Patriotique ».

L’objectif de la démarche est de rappeler à la Cour constitutionnelle son devoir d’impartialité durant le processus électoral. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Niger La commission électorale nationale indépendante (CENI) est permanente, indépendante de
tout pouvoir, autorité ou organisation – elle jouit de l’autonomie de gestion, d’organisation et de fonctionnement (Loi n° 2019-38 du 18 juillet 2019). En effet, la crédibilité d’une élection dépend de l’impartialité de la CENI.

Cependant tout règne de partialité conduit à une crise inévitable aux conséquences très souvent dramatiques pour un peuple. Nous
osons espérer que la CENI est fidèle à sa mission et consciente de sa responsabilité devant le peuple et devant l’histoire, et saura, à ce titre, garantir au peuple nigérien des élections sincères, transparentes, impartiales et honnêtes.

Le CND, conformément à ses principes, est déterminé à s’investir pour contribuer à la création et la pérennisation d’un environnement apaisé au Niger et à la défense des droits humains.

Londres, le 23-11-2020
Pour le CND
Le Coordonnateur
Abdoul Kader Amadou Mossi