Décès de l’actrice nigérienne Zalika Souley : Une des pionnières de l’actorat en Afrique tire sa révérence
il y'a 2 mois

Une des premières actrices professionnelles de cinéma en Afrique, la Nigérienne Zalika Souley, est décédée le 27 juillet 2021 à l’âge de 74 ans. Elle a marqué la scène cinématographique où elle s’est révélée dès 1966 dans le film « Le retour d’un aventurier » de feu Moustapha Allassane qui figure aussi parmi les pionniers du 7ème art sur le continent.

Appelée affectueusement «Tanti» par les uns, «Mamie» par les autres, Zalika Souley était beaucoup considérée dans le monde du cinéma dont les acteurs apprécient le parcours. Portée par la passion, elle a débuté sa carrière d’actrice à une période où certaines pesanteurs sociales, les préjugés étaient des gros obstacles pour une affirmation des femmes dans des domaines comme le cinéma et les arts en général.

Mais à l’époque, la jeune femme a tenu, se révélant ainsi comme une actrice de référence. Zalika Souley a joué dans plusieurs films dont « Le retour d’un aventurier » de Moustapha Allassane en 1966″ ; « Cabascabo, 1968 », de Oumarou Ganda ; « Le wazzou polygame, 1970 » de Oumarou Ganda qui a été le 1er lauréat de « l’Étalon d’or de Yennenga » dans l’histoire du FESPACO en 1972 ; « Si les cavaliers…, 1981″ de Mamane Bakabé ;  » Aube Noire, 1983″ de Djingarey Maiga ; « Mamy Wata, 1990 » de Moustapha Diop.

En 2003, la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta lui a rendu hommage à travers son documentaire ‘’Allèèssi, une actrice africaine’’. Dans le même sens, en 2019 un autre hommage a été rendu à Zalika Souley lors de la 4ème édition de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger dont elle fut la marraine. Le festival a salué et célébré son engagement pour le cinéma en Afrique. La célèbre actrice était à cette occasion parmi les panelistes avec une communication qui a retenu l’attention du public qui a pu ainsi apprécier les défis que les pionniers du cinéma africain ont surmontés pour ouvrir la voie à ceux qui sont venus après.

Souley Moutari(onep)


Lire l'article complet sur www.lesahel.org