Audit du Fichier électoral biométrique : l’opposition dénonce une mascarade

L’opposition politique a dénoncé, lundi 7 septembre au cours d’un point de presse, l’audit en cours du fichier électoral biométrique. Pour cause, les experts de l’opposition commis dans le comité d’audit de la CENI n’ont pas été autorisés à accéder au serveur de la base des données ainsi qu’aux ordinateurs contenant le fichier. {loadposition pub1} C’est mal parti pour l’audit du fichier électoral biométrique, le premier de l’histoire politique au Niger. Les partis de l’opposition politique réunis au sein de la nouvelle Coalition pour l’alternance politique (CAP 20-21) rejettent d’avance les résultats de l’audit en cours. Dans un point de presse animé par les leaders de la Coalition, Amadou Djibo Max a tenu à expliquer les raisons qui ont poussé l’opposition à prendre cette décision. Selon lui, selon l’agenda de la CENI, l’audit devrait se faire dans un délai de 5 jours (du 4 au 8 septembre) alors que rien qu’au Togo, pays moins peuplé que le Niger, cela a pris un (1) mois. Aussi, les deux experts commis par l’opposition politique au sein du comité d’audit institué par la CENI, n’ont pas été autorisés à accéder aux serveurs ainsi qu’au fichier, ce qui a conduit l’opposition à conclure que cet audit tant mis en avant par la Commission électorale et le gouvernement « n’est qu’une mascarade et une arnaque » dont elle n’entend point cautionner les conclusions. Au cours de la conférence de presse de ce lundi 7 septembre, les deux experts de l’opposition, Koroney Massani et David Michael, ont confirmé les dires de l’opposition.  « Je suis un informaticien spécialiste des bases de données relationnelles. J’ai besoin d’accéder à l’ordinateur c'est-à-dire au serveur qui héberge la base des données du fichier, pas de parler à un gaillard qui va me donner des réponses », s’est indigné Koroney Massani. Selon les explications de l’opposition, seuls trois experts de l’Organisation internationale de la Francophone (OIF) sont actuellement présents au sein du comité d’audit de la CENI. Ceux de la CEDEAO et de l’Union africaine (UA), annoncés par le Président de la République et le gouvernement, ne sont pas encore arrivés alors que les travaux sont sensés finir le 9 septembre. C’est pourquoi d’ailleurs, les responsables de l’opposition ont mis en garde l’OIF sur « sa crédibilité » qui est en jeu. Le Fichier biométrique électoral, le premier dans l’histoire du Niger,  va servir aux prochaines élections locales et générales dont le cycle commence à partir du 13 décembre prochain. Il a été remis au président de la CENI le 2 septembre dernier et après l’audit, il sera remis au ministère de l’Intérieur avant sa publication au Journal officiel (JO) et l’édition des cartes électorales. {mp4}opposition-denonce-fichier-biometrique{/mp4}  Ikali (actuniger.com) {loadposition pub2}

Audit du Fichier électoral biométrique : l’opposition dénonce une mascarade