Appui à la résilience communautaire : grâce à une approche multisectorielle et intégrée, l’Unicef obtient des résultats satisfaisants à Mayahi (Région de Maradi)

Avec le soutien de la coopération allemande (BMZ), l’UNICEF met en œuvre un programme pour le renforcement des capacités des communautés dans trois régions du Niger. Pour un impact direct sur les populations, l’UNICEF intervient à travers une approche multisectorielle et intégrée qui est basée sur le renforcement des capacités locales autour des efforts de décentralisation et des approches communautaires intégrées.  Les résultats sur le terrain sont édifiants et engendrent des changements visibles comme en ont témoignés les principaux bénéficiaires rencontrés par notre envoyé spécial dans le département de Mayahi, dans la région de Maradi, une des zones d’intervention du Programme. Reportage.  {loadposition pub1}   Le maire de la commune urbaine de Mayahi, M. Abdou Maiguero, ne tarit pas d’éloges sur l’impact des interventions de l’Unicef dans son entité. « Dans ma commune, l’UNICEF intervient dans tous les domaines notamment la santé, l’éducation, l’hydraulique ou l’assainissement en plus du renforcement des capacités de la commune ainsi que des services techniques », nous a-t-il confié avant de s’étaler par la suite sur les détails des différentes interventions domaines par domaines.  En cette matinée du 11 novembre 2020, lorsque nous débarquons au siège de cette commune située à une centaine de kilomètres du chef-lieu de la Région, l’élu local s’apprêtait d’ailleurs à aller sur le terrain pour suivre l’évolution de quelques chantiers en cours de réalisation dans le cadre du paquet d’interventions identifiés pour son entité dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Renforcer la résilience au Niger » par l’Unicef grâce à un financement de la coopération allemande (BMZ). Il devrait par la suite tenir une rencontre avec un comité mis en place par les habitants d’un quartier de la commune pour des travaux d’assainissements. « Notre commune a été choisie comme pilote dans le cadre du projet pour la Fin de la défécation à l’air libre (FDAL 2025) et nous avons pris des engagements en ce sens. Nous tenons à les tenir d’ici quelques mois pour emboiter aux autres communes voisines d’autant que l’actuel  ministre de l’Assainissement est un ressortissant de notre commune, donc c’est aussi un point d’honneur pour nous », poursuit-il, avant de continuer sur les réalisations dont a bénéficié sa commune.  A l’image de l’élu local, c’est aussi le même sentiment de satisfaction qui se dégage partout où nous sommes passés au cours de cette mission qui vise à apprécier les réalisations faites dans le cadre de la mise en œuvre du projet, les défis qui persistent ainsi que l’appréciation des interventions par les bénéficiaires. « La situation de l’hydraulique au niveau du département de Mayahi est actuellement satisfaisante. Nous avons présentement un taux de couverture de 49%. Ce taux était de 41% avant les interventions réalisées cette année grâce à l’appui de l’UNICEF », a estimé Harouna Oumarou, Directeur départemental de l’hydraulique et de l’assainissement qui, chiffres à l’appui, met en exergue l’impact positif des interventions de l’UNICEF dans ces domaines et qui ont permis d’améliorer la situation. Habsou Ilo, une habitante du village de Dan Amaria que nous rencontrés au cours de notre reportage, n’en dit pas moins bien que sous un autre angle, de bénéficiaires : « Nous avons été sensibilisés sur l’importance de la propreté et former sur les moyens et pratiques pour garder notre environnement sain. Cela nous a permis d’entretenir nos maisons et notre village que nous gardons propres. Pour la santé de la femme et de l’enfant, l’UNICEF a aussi beaucoup apporté à la population avec la construction et l’équipement des centres de santé et la sensibilisation des femmes sur leur fréquentation. Il y a de moins en mois de maladies et de décès et nous sommes sensibilisés sur l’importance de suivre les directives des agents de santé pour les mères et les enfants. Les hommes aussi sont sensibilisés et ils sont maintenant plus disposés à nous permettre la contraception pour bien gérer la famille, à inscrire les enfants à l’école et à veiller à leur maintien, et à mettre fin au mariage forcé ou des jeunes filles. Nous avons vraiment bénéficié de ces interventions de l’UNICEF et de ses partenaires et vous avez constaté de vous-mêmes que le changement est visible dans le village ». Des témoignages qui en disent beaucoup sur l’impact déjà perceptible par la population des interventions menées par l’UNICEF dans le cadre  de la mise en œuvre de ce programme dont les bons résultats enregistrés jusque-là s’expliquent en grande partie par la démarche adoptée dans le cadre des interventions. Celle-ci consiste à  construire la résilience des populations sur le renforcement des capacités locales des efforts de décentralisation et des approches communautaires intégrées. Avec comme principale finalité, de contribuer à la prise en charge des défis de développement du Niger qui, malgré les efforts des autorités et de ses parte

Appui à la résilience communautaire : grâce à une approche multisectorielle et intégrée, l’Unicef obtient des résultats satisfaisants à Mayahi (Région de Maradi)